• VOUS ÊTES ICI :
  • Accueil
  • A PROPOS DE LA CHUTE DU HAUT DE LA TERRASSE DU MINISTÈRE D'UN MEMBRE DES MANIFESTANTS MALVOYANTS

A PROPOS DE LA CHUTE DU HAUT DE LA TERRASSE DU MINISTÈRE D'UN MEMBRE DES MANIFESTANTS MALVOYANTS

A PROPOS DE LA CHUTE DU HAUT DE LA TERRASSE DU MINISTÈRE D'UN MEMBRE DES MANIFESTANTS MALVOYANTS

Suite aux réactions de l’opinion publique relatives au décès de Saber El Haloui, et en réponse aux demandes d’éclaircissement formulées par les médias, nous renouvelons nos regrets pour cet incident tragique survenu hier soir et assurons ce qui suit :

Le Ministère est ouvert au dialogue, comme il l’a toujours été. C’était le cas lors de l’incident d’occupation de la terrasse du bâtiment abritant le siège du Ministère par un groupe de malvoyants dans la matinée du mercredi 26 septembre 2018 et le Ministère a tout de suite exprimé sa volonté de poursuivre le dialogue avec les personnes concernées qui ont refusé la demande de libérer la terrasse du bâtiment pour assurer leur sécurité.

Contrairement à ce qu’a prétendu certaines sources médiatiques, l'intrusion en force des locaux du Ministère par le groupe de manifestants n’a en aucun cas été autorisée par le Ministère. En effet, les enregistrements des caméras de surveillance montrent que cet incident a eu lieu en dehors de l’horaire administratif normal de travail. Les mêmes enregistrements montrent clairement comment les manifestants ont forcé la porte métallique et brisé la porte vitrée.

Le Ministère rejette fermement les reproches selon lesquels il aurait ignoré les manifestants. Il souligne également qu’il tient depuis le premier jour à ouvrir tous les canaux de dialogue possibles, soit par contact direct avec les représentants des intéressés, soit par des échanges téléphoniques avant que les autorités locales n'engagent des négociations avec les manifestants.

Compte tenu de la spécificité de la situation en termes de sécurité, plusieurs réunions ont eu lieu dans ce sens, sans pour autant aboutir. Les manifestants maintiennent toujours leur demande d’intégration directe dans la fonction publique de manière exceptionnelle.

Quant à l’intégrité physique des manifestants, elle a constamment été une priorité pour le Ministère qui, après consultation des autorités compétentes, a demandé à plusieurs reprises de prendre place à la table de dialogue et insisté sur la nécessité de s’éloigner de la terrasse du bâtiment, pour garantir leur sécurité. Le fait qu’ils aient fermé les portes de la terrasse de l'intérieur a davantage rendu difficile la mission des autorités concernées.

Par ailleurs, le Ministère exprime sa surprise suite à la diffusion de certaines allégations qu’il rejette fermement. Il s’agit notamment de l’interdiction de ravitailler les manifestants en eau potable. Il s’agit également d’affecter à Madame la Ministre le sobriquet de « dame de fer ».

Ces propos ont été expressément démentis par les personnes ayant participé à l'initiative de dialogue tenue au siège ministériel le mercredi 3 octobre 2018. Le Ministère a souligné à cette occasion son souci inconditionnel de trouver des solutions adaptées aux personnes en situation de handicap, tout en rappelant les divers efforts déployés dans ce sens. Cependant, les manifestants maintiennent toujours leur demande de recrutement direct et exceptionnel.

Vue ce qui précède, il y a lieu de noter ce qui suit :

- Poursuite des efforts pour adopter un concours que pour les personnes en situation de handicap, sous la supervision du Comité national permanent, chargé de suivre le déroulement des concours spéciaux. Le premier concours spécial devrait avoir lieu plus tard cette année;

- L'engagement de notre ministère à développer les services du Fonds d’appui à la cohésion sociale pour les droits des personnes en situation de handicap, facilitant ainsi le financement d'activités génératrices de revenus s'élevant à 60 000 dirhams, avec l'extension des bénéficiaires et des domaines d’activités ;

- Inclure dans la loi de finances pour l'exercice 2019 une disposition facilitant la réglementation des concours pour les personnes en situation de handicap pour une application concrète du taux de 7% (mise en œuvre du décret correspondant).