Initiatives d’autonomisation politique des femmes

Initiatives d’autonomisation politique des femmes

Les programmes et politiques nationales : 

Le programme du Gouvernement :

Le programme du Gouvernement préconise de prendre les dispositions nécessaires pour :

  • Le renforcement de la participation des femmes à la vie associative et aux instances politiques. 
  • La mise en œuvre effective des dispositions constitutionnelles relatives à l’égalité entre les femmes et les hommes en matière de droits civils, politiques, économiques et culturels. 
  • L’habilitation et l’autonomisation politique et économique des femmes et le renforcement de leur participation à la vie publique et à la prise de décision. 
Le plan gouvernemental pour l’égalité « ICRAM » 2012-2016 :

Dans le cadre de la mise en œuvre des dispositions de la constitution et des engagements du programme du Gouvernement, relatifs à la promotion des droits des femmes, le plan gouvernemental pour l’Egalité a consacré l’axe 7 à l’accès égal et équitable aux postes de décision administrative, politique et économique. 

En vue d’accroitre la représentativité politique des femmes en perspective de la parité, le gouvernement a adopté des mesures juridiques en promulguant :

  • Une loi organique relative à la Chambre des représentants, qui prévoit l’intégration d’un mécanisme législatif basé sur l’adoption du principe de l’alternance entre les sexes dans les listes de candidature présentées dans les instances électrices représentées à la Chambre des conseillers. 
  • Une  loi organique relative à la chambre des représentants à travers l’institution d’une circonscription nationale avec 60 sièges réservés aux femmes, 
  • Une autre loi organique n°34.15 modifiant et complétant la loi organique n°59.11 relative à l’élection des membres des conseils municipaux territoriaux. Cet amendement permet aux femmes de se porter candidate pour la présidence du conseil de la région ou de la commune, et prévoit au moins un tiers de sièges aux femmes pour chaque circonscription électorale.La mise en œuvre des dispositions de cette nouvelle loi va permettre l’accroissement du taux de la représentativité féminine au niveau communal du 12,38%  pou atteindre 27%.  

Dans le cadre du renforcement des capacités, le Ministère de l’Intérieur a mis en place une stratégie intégrée pour le renforcement de la participation politique des femmes et leur représentativité au niveau des entités élues. Des mesures ont été prises notamment pour l’amélioration de la participation des femmes élues aux cycles de renforcement des capacités et le lancement de la formation à distance, à travers un site sur internet, et la création d’un réseau d’échange des expériences. 

Dans le même sens, un cycle de 16 conférences régionales a été organisé au profit des femmes élues locales et femmes haut cadre au niveau des communes territoriales. A la fin de la  15ème rencontre, le nombre des bénéficiaires a atteint 4438.

Egalement, un système incitatif a été mis en place pour les partis politiques afin d’accroître la représentativité des femmes, à travers la création, par décret adopté le 05 septembre 2013, d’un fonds de soutien. 

Le programme « commune de demain » couvrant la période 2010-2014 a été lancé en partenariat avec l’USAID pour accompagner le plan national de renforcement de la régionalisation et améliorer la coordination avec les provinces dans le domaine de la formation, le renforcement des capacités  des élus, notamment les femmes et les jeunes. 

Par ailleurs, et afin  Accroitre la représentativité des femmes dans les postes de décision dans le secteur public, une approche globale a été adoptée visant l’autonomisation des femmes et le renforcement de leur accès aux postes de décision administrative à tous les niveaux.

Le bilan général des fonctionnaires et agents civils de l’Administration de l’Etat et des collectivités locales, élaboré par le Ministère de la Fonction Publique et de la Modernisation de l’Administration pour l’année 2013, souligne le taux de féminisation des départements ministériels qui a atteint, près de 39,4% en 2013 contre 34% en 2002, soit un gain de 5.4 points en 11 ans. Quant à l'accès des femmes fonctionnaires aux postes de responsabilité, ce taux a progressé de 5,3 points passant de 10% en 2001 à 15,3% en 2010.

Concernant la nomination aux postes de hautes responsabilités, une loi a été promulguée en 2012 encourageant la mise en œuvre du principe de la parité et le renforcement de la position de la femme dans les postes de prise de décision au niveau administratif. L’application de cette loi a permis d’atteindre le taux de 16% de femmes nommées aux postes de haute responsabilité en 2013.